Georges Guètary vu in walon :

cwin
losse èyèt pinchon,
nén lon d'yèsse Walon
coin
'd vant tout / Préalable
Fameû losse èyèt pinchon / Coquin de pinson !
Tchanson / Chanson
Soûrtîyes / Sorties
d'vant tout
Préalable
In dèwoûr du dandjî premî dè lèyî dins 'l mémwère èl tchanteû qui m'a d'né mès pènas, èç’ pâdje-ci èst-ètou in mognî dè 'n nén lèyî moru in dialèke -èyèt d’dîre insi merci au lodjmint walon gratis da Win què djè rproche à lès politikeûs dè l’avwè lèyî daler à les mârtchands.
Deûs clignètes dins l'min.me tchèmin :
à Geminiacum, d’èm' tère;
au Quèbec, usquè 'l pârler -èyèt 'l yèsse- est pu près du walon què du francès pinchî.
Outre le besoin primordial de laisser dans la mémoire le chanteur qui m’a donné mes ailes, cette page-ci est aussi un moyen de ne pas laisser mourir un dialecte -et de dire ainsi merci à l’hébergement wallon gratuit de Win qu’il est regrettable que les politiciens ont abandonné aux mercantis.
Deux clins d’œil dans le même chemin : 
à Geminiacum de ma terre;
au Québec dont le parler -et l'être- est plus près du wallon que du français pincé.
À propos de traduction
Parce que des mots ne trouvent pas leur pareil [“losse” garde quelque chose que je ne trouve en aucun mot qui pourrait s’approcher du “coquin” que je lui ai consenti; “spitant” non plus, n’a pas son pareil auquel j’ai concédé “allègre” plutôt que “fringant” ou “sémillant” (qui par ailleurs conviennent pourtant à notre beau Georges); “osti”, qui littéralement veut dire “outil”, prend en wallon un sens figuré que nous ne lui connaissons pas en français et dont “gaillard” n’est qu’un rapprochement acceptable; “à r’lâye” non plus n’a pas son idéale équivalence par “à revendre” (ou à tire-larigot) moins intense].
Parce que le littéral pur pouvait transformer le ton bonhomme, le ton bon enfant, le ton espiègle caractéristiques du wallon en connotation vulgaire dans le français (“vous couper le sifflet”entre dans le ton général -et naturel, congénital même- du wallon mais heurtera dans l’élan du français de l’écrit plutôt relevé); sans doute parce que le wallon est resté figé son état rustre dès lors qu’il lui a été interdit d’évoluer quand lui a été imposé le français distingué.  Pour celles et ceux pourtant qui voudront comparer, qui voudront faire une lecture simultanée, je me suis d’abord collé au texte.  Mais le traduit servile déflorait -ou rendait quelconque ou plat- et je me suis ici et là senti obligé de me détacher, quoique me freinant par considération de celles et ceux qui craignent la trahison... cependant que je n’aurais pu supporter l’irrespect à l’égard de Georges GUÉTARY qui mérite la qualité du langage (on lira à ce propos  un de ses premiers entretiens en page d’octobre 2000 des Éphémérides).
Pour la chanson toutefois, elle perd ses rimes, elle perd ses sonorités, elle perd son rythme, elle perd son mouvement, elle flirte même avec le ridicule parfois si elle est seulement traduite plutôt qu’adaptée : elle est un mitigé entre traduction et recréation, celle-ci étant d’ailleurs inutile, puisqu’un autre texte existe déjà, ayant avec talent adapté les paroles anglaises, saisi le contenu américain.
L.P.
N.B. : 
• des lettres s’unissant par trait d’union à un mot qui suit indiquent une liaison avec le précédent pour éviter l’hiatus [“n-” le plus souvent, qui n’a donc pas de valeur de négation, laquelle s’indique comme en français par l’apostrophe (n’)];
• des apostrophes "à l'envers" indiquent l'élision de la voyelle "è" (èl pinchon > 'l pinchon),  ainsi que noté en anglais d'ailleurs ("It is wonderful" > "'s Wonderful");
• un point séparant deux consonnes indique qu'elles ne sont pas un doublement, mais qu'il sépare deux syllabes distinctes (èl sin.ne);
• la graphie "eu" se prononce [œ] comme dans "mœurs"; un accent circonflexe sur le "u" la fait prononcer comme dans "vœux".
Èrmonter au dzeûr d'èl pâdje …ou bén pourchûre / Remonter au sommet de la page …ou poursuivre :
losse èyèt…
© 1989, Laurence Francis/LP



 
 
 
 
 
Rindu / Perception

 
 
 

…pinchon
© 1989, LP

Viyons 'n pau

Eclaircissement 
(Voyons un peu > voyons ça)
Azâr à vo z-infarfouyî : dins les djoûs min.mes usquè s’èchkrîveut èyèt 's dessineut ç’qui chût, Georges Guètary grimpieut viès les èstwèles -èt viès Orphée.
Azâr à vo z-infarfouyî : 'ç dîmanche 5 d’octôbe, au momint d’èl dérèn‘ mîje in forme, Christian Plume finit 'l racontâdje dès couminchmins d’a Georges Guètary (Radio Bleûe da Radio France), èyèt Satellite 1 (Allemagne) difusse yun des twès films qu’il a toûrnés lauvauw, èt après ça, au nût, André Prévots (Fréquence Wallonie) li rindra homâdje durant quatre heûres...

Azârs à vo z-infarfouyî, azârs… fabuleûs, lignes dè vîyes qui s'cwèz’nt, vîye qui n'finit nén èyèt qui fét intinde qu’i faut lèyî tél’ qu’il aveut stî chrkrî l’ârtike qui chût; ç'asteut i n-a in mwès dè d'ci, djus’ avant qu’i nos djoûwe ès fayé coûp d’nos lyî droci sins criyî eup !
Après 'l 13 da sept.-oct. 1997
Troublant hasard : dans les jours mêmes où se rédigeait et se dessinait ce qui suit, Georges Guétary grimpait vers les étoiles -et vers Orphée.
Troublant hasard : ce dimanche 5 octobre dernier jour imposé de mise en forme, Christian Plume vient à peine de terminer la narration de ses débuts (Radio Bleue de Radio France) que Satellite 1 (Allemagne) diffuse un des trois films qu’il tourna là-bas, après quoi, ce soir, André Prévots (Fréquence Wallonie) lui rendra hommage durant quatre heures...

Troublants hasards, hasards… fabuleux, lignes de vies en croisée, vie in-finie qui confirme qu’il faut laisser tel qu'il fut écrit voici un mois l’article qui suit; c'était juste avant qu’il nous joue le mauvais tour de nous laisser en plan sans crier gare…

Post 13 sept.-oct. 1997
Georges Guètary vént à Namur dins ces mwès-ci d'octôbe à décembe da 1997 : ça va lès ravikî, lès Namurwès* !
Pasqu'il est bén d'pu qu'ène vwè dès clérès eûwes, qu'ène vwè d'ène couleûr nén come lès ôtes, bén d'pu qu'in bia ramâdje dins dès bèlès plomes, èyèt p’t-ète nén l'imâdje qu'o n-a dins 'l tièsse dèspûs pus d'cénquante ans !...

*O les dit lambinaus
Georges Guétary vient à Namur dans ce courant d’octobre à décembre de 1997; ça va les réveiller, les Namurois* !
Parce qu’il est bien davantage qu’une voix de clair éther, qu'une voix d’une couleur sans pareille, bien davantage qu’un beau ramage dans un beau plumage, soit autre chose que l'image qu'on a en tête depuis plus de cinquante ans !…

*On leur attribue une réputation de lenteur.
GEORGES GUÈTARY,
in fameû losse, in curieû pinchon !
GEORGES  GUÉTARY,
un fameux coquin, un curieux pinson !
Vos d'véz sondjî qu'c'èst-ène drole d'idéye dè présintér in walon in tchanteû francès… èyèt qu'èst Grèc al coupète du mârtchi.  Bè vyéz, mès djins, c'est qu'quand o 'l vwèt sus 'l sin.ne, o n'peut nén s'inspétchî d'sondjî qu'i n-a du walon dins l'sang, 'ç t-osti-là !

Ravigoteû
Ça couminche pa du djâz, què ‘s piyanisse, Jo Moutet, djoûwe dins 'l boune pratique dè d'dins 'l timps, èyèt qu'èl batrîye soutént aveu 'l contrebasse : dèdja, vos v’la dins 'l ton èyu 'ç qu'o balance, èyu 'ç qu'o danse -èyu 'ç qu'o n-avance-; là dzeûr, v’la qu'i spite d’èl dwète -dè d'là usqu'èl solèye ès’  lève-, tout blanc, tout dalant, tout parèye à l'imâdje qu'o n-a d'li dèspû si lontimps, èt qui nos d'mande, durant qu'o clatche èt qu'o s'dit, "Dè Dieu,  i  'n vièyit nén, 'ç diâle-là !" : 
"Ça va bien ?
- Wâye !", què nos rèspondons.
Èt c'èst èvoye : "Il a fallu...", tchante-t-i su ’n ritmique qui n'a nén a roudji dès cènes d'ôdjoûrdû… mès yu 'ç qu'èl tchanteû qu'il est sét 's fé intinde èt ascouter.
Èt o l'ascoute !  D'alyeûrs, v'la qu'o 's met quasi tout d'chûte à tchanter aveu li -pasqu'o sét tout ç'qu'il a tchanté : "Maître Pierre", "Chiquito", "Robin des Bois", ètsétèra, èt v'la d'èl roumba, èt v'la du tcha-tcha, èt v’la d’èl sam’ba qu'i danse drola d'vant nous, èt…

Èyèt vos dalez ‘m dîre : "Wâye, mès, Georges Guètary, ç'asteut in-ôte afère què ça : "chanteur de charme", come o d'zeut ?”

Chârmeû
Oyi, vos d'zéz vré.  Eyèt i d’è tchante co, des tchansons dè 'ç soûrte-là, qu'lès couméres ratind'nt d'alyeûrs : "Si vous voulez savoir", "Les pavés bleus", èyèt co d'z-ôtes… 
Mès dj'va vos d'in dîre yeune qui va vos stoumakî : 'n v'là-t-i nén qu'à in momint doné, i léche là ‘s micro pou tchanter "La Valse des Regrets" da Brahms, in compôsiteûr dè grande musike !
O d'meure paf, o 'n dè dit nén yeune, o 's rastént dè rprinde ès souflèt, o sère èl bras d'ès vijène -o d'a l'chuflot coûpé- avant d'sè  l'ver èyèt d'clatchî à tout skèter : i nos a lyîs dins 'l pléji d'savwè qu'il èst in vré tchanteû qui sét tchanter aute chouze què des p'titès tchansons, in vré tchanteû qui n'a nén dandjî d'micro pou 's fé intinde, èyèt pa-dzeûr tout,  qu'ès' vwè aveu 's couleûr nén come les ôtes, c'est bén lèye sins dandjî d'èl tecnic' !

Amûzeû
Toudi est-i qu'i n'veut nén dmeurer dins 'l doûceûr èt  les mouchwès èyèt l'adorâcion : vos v'là in trin d'tchanter si bén "Moulin Rouge", què li, i s'arète, i rwéte ès piyanisse èt li dit : "Ils chantent bien, hein, Jo !  C'est doux, c'est émouvant… on se croirait à l'église !"
Èyèt pèrlaf!  o sclafe, èyèt c'èst èrvoye : après avwè ri d'nous, i fét rîre dè li quand i raconte les toûrs què Bourvil li a djouwés, i s'in r'va su des istwères èt des ritmes qui vos prind'nt, èyèt vèl-là qu’i danse èl sirtaki, ‘ç coûp ci…
Co 'n miète, èt o s'reut pus maflé qu'li !
Pasqu'i 'n faut nén piède dè vûwe què tout spitant drolà come djè vos 'l di, i va su ses quatre-vint-twès ans, à bustokî dins 'l mwès d'fèviè qui vént !

    Wâye, Georges Guètary, nè 'l manquez nén si vos avez l'ocâsion d’èl vîr -èyèt d'l'ascoutér, bén seûr-, pasquè c'est toudi in bia ramâdje dins dès bèlès plomes, èyèt, surtout, d'l'entrin à rlâye dè bouc !  Ç't insi què dj'li a ch'crî in walon yeune dè ses tchansons, pasqu'i m'chène bon vikant, come lès vrés Walons dè d'dins 'l timps :

Vous devez penser que c’est une drôle d’idée de présenter en wallon un chanteur français… et qui est Grec de surcroît.   Eh bien voyez-vous, c’est que quand on le voit, là, sur la scène, on ne peut pas s’empêcher de penser qu’il y a du wallon dans le sang, ce gaillard -là !

Dynamisant
Ça commence par du jazz que son pianiste, Jo Moutet, joue dans la bonne tradition et que la batterie soutient avec la contrebasse : déjà, nous voilà dans le ton qui fait balancer, qui fait danser -qui fait aller-; sur ce, voilà qu’il surgit de la droite -de là où se lève le soleil-, tout blanc, tout guilleret, tout pareil à l’image qu’on garde de lui depuis si longtemps, et qui nous demande, pendant qu’on l’applaudit et qu’on se dit,  “Bon Dieu, il ne vieillit pas, ce diable d'homme  !” : 
"Ça va bien ?
- Oui  !”, répond-on.
Et c’est parti : “Il a fallu...”, chante-t-il sur une rythmique qui n’a pas à rougir de celles d’aujourd’hui… mais qui ne couvre pas le chanteur qu’il est, lui, et qui sait se faire entendre et écouter.
Et on l’écoute !  D’ailleurs, voilà qu’on se met bientôt à chanter avec lui -car on connaît tout son répertoire : “Maître Pierre”, “Chiquito”, Robin des Bois”, et caetera, et voilà de la rumba, et voilà du cha-cha-cha, et voilà de la samba qu’il danse là devant nous, et…

Et vous allez m’opposer : “Hé! mais Georges Guétary, c’était autre chose que ça : le chanteur de charme ?”

Charmeur
Oui, vous avez raison.  Et il en chante encore, des chansons de ce genre, que les femmes attendent d’ailleurs : “Si vous voulez savoir”, “Les pavés bleus” et d'autres encore…
Mais  je vais épingler un moment qui va vous épater : ne voilà-t-il pas qu’à un certain moment, il abandonne le micro pour chanter “La Valse des regrets” du compositeur classique Brahms. 
On en reste pétrifié, à ne plus souffler mot, à se retenir de reprendre son souffle, à serrer le bras de sa voisine -à en avoir le souffle coupé- avant de se  lever pour applaudir à tout rompre : outre qu'il nous a confirmé qu'il est un chanteur authentique, apte à chanter autre chose que la chansonnette, et pouvant se passer de micro,  il nous a fait entendre que la couleur inouïe de sa voix  n'est nullement trafiquée par la  technique !

Amuseur
Toujours est-il qu'il refuse de s’enfermer dans la douceur et les pleurs et dans l'adoration : quand il vous a ensuite entraînés à bien chanter “Moulin Rouge”, voilà qu’il s’arrête, regarde son pianiste et lui dit, complice : “Ils chantent bien, hein, Jo !  C’est doux, c’est émouvant… on se croirait à l’église !”
Et, patatras, on éclate de rire et c’est reparti : après s’être moqué de nous, c’est de lui qu’il fait rire quand il raconte les tours que Bourvil lui a joués; et le voilà relancé vers des anecdotes et des rythmes qui nous enlèvent, et le voilà dansant le sirtaki, maintenant…
Encore un peu, et on serait plus essoufflés que lui !
Parce qu’il ne faut pas perdre de vue que là tout allègre ainsi que je vous l’annonce, il va sur ses quatre-vingt-trois ans qu’il fêtera au mois de février prochain !

  Oui, Georges Guétary, ne le manquez pas si vous avez l’occasion de le voir -et de l’écouter, bien sûr-, car c’est toujours un beau ramage dans un beau plumage, et, surtout, de l’entrain à revendre !  C’est pourquoi je lui ai adapté en wallon une de ses chansons, parce qu’il m’apparaît bon vivant, tel que les vrais Wallons d’autrefois :

!Èrmonter au dzeûr d'èl pâdje …ou bén pourchûre / Remonter au sommet de la page …ou poursuivre ;
Tchanson
Chanson
ÈSKÎYE POU LÈS NUWÉYES, 
adaptâcion in walon dè "Stairway to Paradise" da Gershwin, èyèt qu'i tchanteut dins 'l film "In Amèrikin à Paris" :

 'S taper 'l tièsse
au mur pou rén èyèt sins rlache,
c'est yèsse bièsse
à mindjî, bèrdjo, du foûrâdje,
à 'l place d'yèsse
bén dins ses loques come in pinchon
chikté d’sès tchansons
'N ratindéz nén,
vos s’réz binéche,
sintéz-vous bén
èt à vo n-éche !
Vos astéz prèsse ?
Vos n'avez qu'à 'm chûre
Pa l'uche ou pa 'l fèrnièsse :
Pou 'm fé in èskîye viès les nuwéyes,
djè soye des splotons à l'âye;
ça n'chèrt à rén dè rbouchî 'l trawéye :
dj'saûtèle al coupète d’èl bâye !
woûr d’èl bèrdoûye
djè grimpîye viès les èstwèles,
pou
scaper à toutes les èspènes :
djè 'm fé in èskîye pou les nuwéyes
pa splotons coudus à l'âye.
Djè 'm sôye des splotons à l'âye, à 'l bâye
pou ‘m n-èskîye viès lès nuwéyes,
èyèt 'n sondjez nén què dj'va rvènu :
'n cachez nén dè 'm rastènu :
woûr d’èl bèrdoûye,
djè grimpîye viès les èstwèles
pou
scaper à toutes les èspènes !
Djè sû su 'm n-èskîye viès les nuwéyes :
n’a pupon d'bâye, pupon d'âye,
n’a pupon d'âye, pupon d'bâye !

Georges Guètary : 
in losse toudis près' 
à sôtlér al coupète d'èl bâye.
in losse
Georges Guétary :
un espiègle 
toujours prêt à sauter la barrière.
ÉCHELLE POUR LES NUAGES,
adaptation en wallon 
de “Stairway to Paradise” de Gershwin, 
et qu’il chantait dans le film 
"Un Américain à Paris" :

S’cogner l’crâne
 au mur pour rien et sans relâche, 
c’est être crâne
à manger, dingo, du fourrage,
au lieu d’être
bien en soi, gai comme pinson
grisé de chansons. 
N’attendez point,
vous serez bien aise, 
sentez-vous bien 
et à votre aise ! 
Vous êtes parés ? 
alors, suivez-moi, 
par porte ou par croisée : 
Pour faire une échelle vers les nuages
je scie des échelons de haie; 
Rien ne sert de boucher le passage : 
je saute par-dessus les baies !
hors de la boue 
je grimpe vers les nuages
pour
fuir tous les leurres et mirages : 
je fais une échelle pour les nuages 
par échelons pris à la haie. 
Je scie des échelons aux treilles, aux haies,
pour mon échelle aux nuages,
ne croyez pas que je vais revenir, 
ne tentez de me retenir : 
hors de la boue, 
je grimpe vers les nuages
pour
fuir tous les leurres et mirages ! 
Je suis sur mon échelle vers l’eden : 
plus de barrière, plus de haie, 
plus de haie, plus de barrière !

Bén contint qu'vo astéz v'nu(e), djè compte bén qu'vo 'rvénréz / Merci à votre venue, avec l'espoir de votre retour ::
yèsse au fèt' du nouvia èyèt/ou bén chkrîre ç'qui chène avi 
abonnement aux nouveautés et/ou commentaire
!
Ermonter au dzeûr d'èl pâdje ou bén / Retour au sommaire de page  ou 
SOÛRTÎYE / SORTIE :
1. Pa loyins rinscontrés dins 'l pâdje / Par liens que suggère la page :
Notre site : Sommaire>Recherche 
et/ou :
Sujets :
Autres sites ou adresses :
Sommaire>Recherche
Sommaire>Traces>Disques *
Sommaire>Traces>Films *
* Si liens ou pages absents
 Stairway to Paradise Un Américain à Paris
 Plusieurs sites parlent du film Un Américain à Paris -An American in Paris- : 
le moteur Google y conduira rapidement
http://www.Courriaulx.net>
Accès au wallon et à la Wallonie
Transition par 
<http://www.Courriaulx.net> > Liens; si absents cf. wallon :
mailto
2. Come vo v'léz aveu 'l tâblau da gauche / 
     Par libre choix dans le sommairede la fenêtre de gauche
<<Si vo nè 'lviyez nén, fèyéz-'l vènu pa 'c loyin-ci
<<Si elle n'est pas présente, l'appeler par ce lien
Avec D.R. aux auteurs d'extraits et de photos (v. note générale in "Accueil" cf  le ©),
et l'assentiment gratifiant de Madame Guétary,
© 1999-2002, Louis Pieters pour l'ensemble du site,
© 2000/12/31, Lowi du Tchèri, spo da Louis Pieters pou 'ç pâdje-ci 
su <http://users.swing.be/georges.guetary/> (pierel@swing.be)
èrprîje, èt alârdjîye dè "Rif tou dju" (B-Nivèle, avri 1989) èyèt 
d'"Wallonie Nouvelle" (B-Charlerwè, 1997)
© 2001/03/18 pour modifications
© 2001/03/27, Louis Pieters aveu Pablo Saratxaga pou l'ania RingSurf dès waibes in walon :
<http://www.ringsurf.com> > <http://chanae.stben.be/anea_walon> (pablo@mandrakesoft.com).
© 2002/10 pour sa reprise ici en <www.georgesguetary.net> (piel@yucom.be)
Art et Culture, Civilisation > Musique > Artistes > Chanson française > Interprètes
                                                    > Langue > Dialecte > Wallon