Georges Guétary
au temps des vendanges 
GuétaryG. Guétary*
casse le spectacle à Londres !
V. Ellis*Ellis
Ouverture
Scène unique
spectacle brisé
Entracte
infos
Rideau
Sorties

 
En octobre on presse la vendange :
Marguerite foule auprès de moi
Les raisins dorés de ses pieds d'ange,
Et chacun regarde avec émoi
Ma belle Marguerite
So beautiful to see
"Les...
Ah! vous vous demandez pourquoi de l'anglais ?
   Ce n'est pas que l'anglomanie nous avait atteints déjà à l'époque -et contaminé la chanson-, c'est plutôt que cette chanson fut initialement anglaise, et que, la reprenant en français, Georges GUÉTARY mêlait ici ou là parfois les paroles qu'il avait d'abord apprises et répétées tant de fois sur la scène de l'Adelphi à Londres.
Retour au  sommaire de page  ou poursuivre:
SPECTACLE BRISÉ
Nous sommes alors en 1947, et cette chanson fait qu'un quotidien londonien  titre : Georges Guétary breaks the show !, soit, littéralement : "Georges Guétary casse le spectacle !"

Non, non! il n'a pas quitté soudain la scène, laissant là planté chacun, 
non !  C'est le public qui, si intensément pris par cette chanson allègre, en a réclamé la reprise, a réclamé son "bis".  Or, on ne bisse pas, en Angleterre.  Voilà le pourquoi de ce titre : il voulait traduire l'engouement exceptionnel de la salle.

Charles B. COCHRAN, le directeur du théâtre, n'avait donc pas eu tort quand il avait répondu à GEORGES GUÉTARY, effaré d'avoir vu son nom seul et en très grandes lettres au fronton du théâtre : "Quand j'ai de l'or, je le montre !"Adelphi/Contrat
Or et soleil d'éveil, il est donc bien cela, GEORGES GUÉTARY venu donner élan et lumière dans les brumes de Londres émergeant de la guerre !  C'est au point que la famille royale est allée le féliciter dans sa loge et lui a demandé la partition aux fins de la chanter au palais... où Philip, futur époux d'Elisabeth, retrouverait lui aussi Grec d'origine, son Sud moins engoncé que Londres.

---
* Photo X ex I'm on a see-saw de Vivian Ellis, DR
 

 

On croyait fermement outre-Manche que cette Belle Marguerite était... une chanson folklorique française.

Mais hommage doit être ici rendu à son compositeur, Vivian ELLIS
Anglais authentique et musicien de race doué de la science créatrice : ayant écouté les enregistrements précédents du chanteur, il pianote ce qui deviendra "Ma belle Marguerite". 
"Fine!  but it's not Guétary !" ("C'est beau, mais ce n'est pas du Guétary !"), réagit le créateur de Robin des Bois, de Si vous voulez savoiret autres succès qui l'ont marqué, qui l'ont estampillé, 
- It will be soon. (Ce le sera bientôt), répond simplement Vivian ELLIS confiant.

  Bientôt convaincu effectivement par le succès, GEORGES GUÉTARY baptisa sa demeure cannoise La Belle Marguerite... dont nous vous donnons -en traduction remarquable de  Louis Poterat- le deuxième refrain interrompu en entrée :

Ma belle Marguerite
Ah, qu'ils sont merveilleux,
Les pieds de ma petite
Piétinant les grappes du bon Dieu
Qu'elle est belle, belle, belle,Lisbeth Webb & Georges Guétary
Celle que mon cœur aime tant,
Qu'elle est belle, belle, telle
Que la fleur au printemps !
Qu'elle est belle, belle, telle
Que la fleur au printemps !
© Denis de  Marne, DR
LABELLE  MARGUERITE (angl.), de A.-P. HERBERT et Vivian ELLIS, 1947;
MA BELLE MARGUERITE (frç), de Louis POTERAT et Vivian ELLIS, 1948.
Retour au  sommaire de page  ou poursuivre:
MEDIAS
un cd :
présent !
© Belgique Loisirs 99/IV
C'est le temps aussi déjà de la préparation des cadeaux, octobre.
Et le catalogue du dernier trimestre de France-Belgique Loisirs ainsi continue d'associer GEORGES GUÉTARY au présent, ainsi que le montre cette pochette de disque où il figure entre Charles TRENET et Tino ROSSI.

René CHATEAU quant à lui a sorti AMOUR ET COMPAGNIE.
    Si ce film en noir et blanc, tourné en France juste avant UN AMÉRICAIN À PARIS des Etats-Unis n'est pas son meilleur et peut paraître au public d'aujourd'hui facile sinon médiocre, il révèle la volonté de GEORGES GUÉTARY de sortir du carcan de "chanteur de charme" en abordant -avec aisance et allant- la fantaisie.

une vidéo :
fantaisie
© René Château 99/09
S'il n'évoque que très peu Georges Guétary, MA VIE EN SOUVENIR DE CHANSON mérite d'être ici salué, car son auteur, qui appartient plutôt à la génération  dite des "sixties", l'a édité à ses frais dans le seul but de rendre hommage aux artistes du music-hall de 1900 à 1955 : "je ne veux pas qu'on oublie les interprètes, les comédiens, les chanteurs de cette époque; quand ils décèdent, trop souvent cela passe inaperçu.  (…)  Je veux être le conservateur du music-hall, du cinéma, du théâtre.", 
justifie son auteur, Christophe DURAND.
Le 27,  Marc Delaunoy, auteur du site sur Bourvil informait d'ajouts de renseignements sur le film Si Versailles m'était conté; il permettait le complément suivant :
Ce film, c'était au temps de La Route fleurie,  et si Bourvil y avait pris la vedette, Sacha Guitry n'avait pas ignoré Georges Guétary, quoique ne lui accordant qu'un rôle-reflet de la situation de relégué dans laquelle l'avait placé cet engagement que lui-même avait imposé pour l'opérette:  il fait partie des touristes conduits par le guide Bourvil; mais il faut une très grande attention pour le reconnaître, car on le voit à peine, au dernier plan de la séquence.
Retour au  sommaire de page  ou poursuivre:
RIDEAU

Par cela revient à la mémoire que de  passage à Londres en 1947, Bourvil était allé applaudir Georges Guétary dans Bless the Bride .
Avant La Route fleurie, ils s'étaient d'ailleurs déjà rencontrés sur scènes, et alors réciproquement appréciés, peut-on supposer : 

     "(…)

     "La première fois, c'était en 1943 au Music-Hall l'Excelsior, place d'Italie.  Georges était déjà en tête d'affiche avec ses chansons : Robin des Bois, Si vous voulez savoir, Honolulu, etc... (moi, mon nom était dans le bas de l'affiche à côté de celui de l'imprimeur car j'avais à ce moment des chansons inconnues... qui le sont restées d'ailleurs) . 

     "Six mois se passent.  Je suis engagé à l'Alhambra et j'ai la bonne surprise de revoir Georges en tête de programme.

     "En 1948 je vais à Londres et qu'est-ce que j'vois... mon Georges affiché dans une opérette intitulée "Bless the Bride"... 
Je m'dis : Il est partout à la fois c'gars-Ià !...  II doit avoir une succursale en Angleterre !...

"Marguerita treads the grapes with me"
 ph. JARCHE, DR
     "En 1950, allant à Montréal faire mon tour de chant, je m'arrête quelques jours à New-York et qu'est-c'que j'vois à cinquante mètres de mon hôtel ?...  Mon Guétary affiché dans l'opérette "Arms and the girl"...  Je m'dis : "C'est pas possible.  Il doit avoir des frères jumeaux !...  II faut que j'aille voir si c'est bien le meme !...  C'était bien lui... cette même voix qui au lieu de chanter : "Je t'aime !" chantait : "I love you !"  J'allais dans sa loge le féliciter. 

     "Un jour de décembre 1952, je gare ma voiture devant le Théâtre de l'A.B.C.; une autre voiture se gare devant la mienne, et qui en sort?...  Georges Guétary !... (…) Le lendernain, par pure coïncidence, nos voitures reprennent la même place, à la même heure... alors même jeu !...  Le surlendemain pareil... (…) si bien que l' on a joué la "Route Fleurie" pendant quatre ans... Avouez que le hasard fait bien les choses. "

BOURVIL
ex programme de l'Olympia, 1957 : BOURVIL vous présente Georges GUETARY
Merci à votre venue, avec l'espoir de votre retour :
abonnement aux nouveautés et/ou commentaire
• Retour au  sommaire de page  de rubrique ou
• Aller à l'introduction de la rubrique et à sa table des matières ou
• POURSUIVRE / SORTIR
1. Par liens que suggère la page :
Notre site : Sommaire>Recherche 
et/ou :
Sujets :
Autres sites ou adresses :
Sommaire>Recherche
Sommaire>Traces>Disques *
Sommaire>Traces>Films *
* Si liens ou pages absents
 Vivian Ellis
Bless the Bride
Amour et Compagnie

Sommaire>Recherche
Ephémerides/janv 2000
Ephémerides/été-autmn 2002
1957, année de confirmation

2. Par libre choix dans le sommaire de la fenêtre de gauche
<<Si elle n'est pas présente, l'appeler par ce lien
Avec D.R. aux auteurs d'extraits et de photos (v. note générale in "Accueil" cf  le ©),
et l'assentiment gratifiant de Madame Guétary,
© 1999-2002, Louis Pieters pour l'ensemble du site,
© 1999/10 pour cette page sur <http://club.euronet.be/georges.guetary/>,
© 2002/10 pour sa reprise et sa refonte sur <http://www.georgesguetary.net>
Art et culture>Artistes>Musique>Chanson>Interprètes