08/01/2201/22

Georges GUÉTARY en ses DISQUES :
sous l'étendard de "Marianne Mélodie"
en 2007

Durant que les pseudo-producteurs de disques s'épuisent à se recopier les uns les autres
et tandis qu'EMI se mure dans l'oubli,
Marianne Mélodie affirme son titre de
"mémoire de la chanson française" par une production inédite
de près de vingt chansons de Georges Guétary cette année
et de quatre-vingt-six en dix ans.

SOMMAIRE :

A. 1. Un chant de Noël enfin
2. Le seul hommage matériel à l'occasion du 10e anniversaire du décès
3. Deux réels inédits
4. et encore…

B. Septante reprises originales

Appel du menu général (fenêtre de gauche) s'il n'est pas présent

  1. En cette année passée :
    1. UN CHANT DE NOËL ENFIN, qu'on attendait depuis des années et des années qu'un producteur de disques se décidât à reproduire :
      • Le Noël du Père Noël

        (2007, Les Étoiles chantent Noël -1876)

      Noël en quatre pistes :

      Le Noël du Père Noël est extrait du 45 tours Pathé 45 EG 318, comprenant quatre chansons consacrées au sujet de 1957 à 1958 :

      • Le Noël du Père Noël de R. Chabrier et R. Rouzaud - Fields;
      • Mon petit bonhomme de R. Chabrier et J. Moutet;
      • Noël de R. Chabrier et J. Moutet;
      • L'enfant qui dort de C. François - H. Barnes et H. Cornelius et D. John.

      Jeune père comblé, Georges Guétary paraît associer son bonheur à son métier.

      Opportunisme ?  Peut-être, quoiqu'il eût des années plus tôt et sans raison personnelle connue, chanté l'amour attentif de la maman (Le petit doigt, 1948, repris d'ailleurs par Marianne Mélodie ); ce fut en une chanson, tandis qu' il en prit quatre ici, dont deux de commande probable aux collaborateurs Jo Moutet et Robert Chabrier, les deux autres étant des adaptations de l'anglais : quatre qui se partagent en douces mélodies et voix de douceur la prescience responsable des dangers qui guettent l'enfant d'une part (2, 4), et le merveilleux simultanément (1, 3), merveilleux n'excluant pas la réalité à laquelle rendre l'enfant attentif, thème majeur du choix fait ici par Marianne Mélodie.

      sommaire

    2. LE SEUL HOMMAGE MATÉRIEL rendu à l'occasion du dixième anniversaire du décès de Georges Guétary : un cd qu'avait promis Matthieu Moulin, comprenant, sur vingt-cinq chansons,
      • Roman d'amour
      • La chanson du chercheur d'or
      • Sur la place de Murcie
      • L'amour et l'amitié
      • La roue tourne
      • Ballade de France
      • L'amour te guette
      • Ce n'est pas tout
      • Tango mandoline
      • La chanson de Marty
      • Le berger mexicain

        (2007, GEORGES GUÉTARY, vol. 2 MM071841)

      Analyse et intérêt

      Si l'on tient compte d'autres productions discographiques, les vingt-cinq chansons de ce cd ne sont pas toutes des inédites en ce type de support, mais cet ensemble permet un regard intéressant, une perception de l'itinéraire Guétary :

      1. Relances et final cinématographiques (1952-1956) :

        Dans ce temps-là, Georges Guétary revenu en France après le succès international An American in Paris doit reprendre ses marques au départ de la France : il en est, sauf par enregistrements, absent depuis 1947, et ce fameux succès hollywoodien, s'il a pu le servir d'une certaine façon, l'a cependant relégué en second rôle de perdant.

        Le théâtre du Châtelet paraît combler cette intention avec l'opérette idéale Pour Don Carlos, mais La Route fleurie très peu de temps après peut laisser supposer, le triomphe inéluctable de Bourvil y contribuant, que sa gloire pourrait commencer à s'estomper.

        Plus éclatant que le français toujours en noir et blanc (Une fille sur la route (1952) Plume au vent (1952)), le cinéma allemand lui propose alors opportunément trois films : Baron Tzigane (1954), pendant parfait de Pour Don Carlos, Liebe ist ja nur ein Märchen (1955) dont sont ici repris L'amour te guette, Le berger mexicain, Tango mandoline …, Le Chemin du Paradis (1956) que rappelle ici l'inattendu Ce n'est pas tout d'élan fantaisiste juvénile, Chemin du Paradis dont on désespère de voir un jour la reproduction en DVD

        Est-ce suffisant, Plume au vent et Voyage incognito ayant précédemment également joué en sa faveur ? 

        Le cinéma prend alors d'autres orientations et "la nouvelle vague" de cette fin des années 50 occulte ces tendances et vedettes passées, avant que le raz-de-marée du "yéyé" mette l'accent sur la chanson à texte éclipsant de plus en plus le "chanteur de charme" autant que le "chanteur à voix" : Une nuit aux Baléares sera en 1956 sa dernière grande participation cinématographique.

      2. Portrait retouché (1954)

        Choix personnels au contraire des précédentes imposées par scénarii, Roman d'amour, La chanson du chercheur d'or, Sur la place de Murcie, L'amour et l'amitié, La roue tourne, Ballade de France, si elles restent, en ce 1954 d'année commune, "du Guétary", laissent percevoir une évolution dans l'identique :

        1. La chanson du chercheur d'or, redit dans la couleur et la voltige vocales bien en osmose avec cela, l'aventure conquérante, et Sur la place de Murcie, le conte fabuleux dans l'exotisme, mais elles privilégient l'antihéros en son triomphe, l'attache au détriment de l'errance.
        2. L'amour toujours, présent déjà en ces deux précédentes, ignore le séducteur assuré et égoïste au profit de l'épris attentif et inquiet emperlant les joyaux textuels et mélodiques de Roman d'amour, L'amour et l'amitié, et, surtout, La roue tourne et Ballade de France.

      3. Mise en perspective.

        Du fait qu'elles sont antérieures à celles-là, les neuf incontournables, Les amoureux du dimanche, Porteur d'eau, Ma belle Marguerite, L'auberge du printemps, Pedro le pêcheur, C'est vous mon seul amour, Mon p'tit bouquet de fleurs, Boléro, Maître Pierre, Une boucle blonde, Moulin-Rouge, Journée de Paris, Si la vie était bien faite permettent de découvrir ces évolutions :

        1. Quasi aboutissement du thème de l'errance héroïque sans attache, La chanson du chercheur d'or est annoncé par Porteur d'eau (1947) Pedro, le pêcheur (1948) Cheveux au vent (1948), Maître Pierre (1949) qui humanisent le héros et même l'éclipsent.
        2. Si l'amour s'associe encore à l'exotisme dans Sur la place de Murcie, il y échappe à l'éphémère du plaisir d'un Boléro (1948) simultanément rendu plus dense au profit de l'indigène de L'auberge du printemps (1948), Les amoureux du dimanche (1949), Mon p'tit bouquet de fleurs (1948), Journée de Paris (1949), Une boucle blonde (1951), Roman d'amour,Si la vie était bien faite (1953) dont la situation juvénile va progressivement faire place à l'amour adulte de Moulin-Rouge (1953) L'amour et l'amitié (1954), La roue tourne (1954), Ballade de France (1955).

      sommaire

    3. Dans le même temps, ce chef de projet glissait dans des florilèges thématiques DEUX RÉELS INÉDITS :
      • Sur votre chemin

        (2007, Trésors de la radio MM1849)

      • Les plus beaux serments

        (2007, Les chansons du cinéma, vol. 2, MM072372)

      Charnière significative de 1943

      Dans l'émergence en quelque quatre ans de Georges Guétary (1941 à 1944-45) Les plus beaux serments (1943), suivi de Sur votre chemin témoignent de l'espoir possible et de la force certaine de l'image comme tremplin à la reconnaissance publique… ainsi que le fait aujourd'hui la télévision.

      Jusqu'alors en effet, Georges Guétary, transmutation de Georges Lambros, n'était entendu que par un auditoire restreint captant la radio d'occupation allemande et vu par un public parisien seulement [Morena, L'homme de nulle part (1941), M'amour, je t'aime, Mon amour est en voyage, La chanson de Juanito, Loin  de mes amours, Farandole, Ma prière (1942), La Saint Jean,L'amour  est mon nom, Madame la terre, arrêtez-vous, Printemps viennois, Un beau soir, Le tango de mes souvenirs, Le pauvre gaucho, La cueca, L'amour est mon nom, (1943)].

      En cette même année, moins connues encore que celles-là, Les plus beaux serments et Sur votre chemin l'introduisaient adroitement dans les films LA FEMME PERDUE et L'INÉVITABLE M. DUBOIS : cité avantageusement dans le générique, et dans la bande de "lancement", il apparaissait, inutilement si l'on considère le scénario, comme chanteur d'un orchestre ambulant dans le premier, tandis qu'on l'entendait seulement dans le deuxième par un disque que casse exaspérée la vedette féminine.  La radio simultanément les passait, en direct ou par disque souple.

      Et si Robin des bois en cette même année émergerait comme en attente, le typant définitivement, c'est LE CAVALIER NOIR aussitôt après qui le propulserait irrésistiblement, appelant très vite après TRENTE ET QUARANTE (Magdalena, La gamme et l'amour, Comme une étoile, Banco) avant l'idéal LES AVENTURES DE CASANOVA, sublimation de l'Image attendue et redemandée.

      sommaire

    4. Il convenait enfin, durant ces deux dernières années, de NE PAS LAISSER S'ÉCHAPPER :
      • Au p'tit trot

        (2007, Les chansons de ma jeunesse : Pierre DELANOE MM2362)

      • Noces de diamant

        (2006 Noces d'Or 061912)

      L'amour encore, éveil et éclosion :

      Séparées par une gravure en deux cd distincts hélas, ces deux chansons se répondent idéalement : la première exprime l'éveil juvénile de l'amour, la deuxième son soixantième anniversaire; la première, de Pierre Delanoë et Marc Fontenoy caracole en insouciance joyeuse et confiante, la deuxième, d'Eddy Marnay et Norbert Glanzberg, impose en puissance assurée l'affirmation calme de sa durée.

      Deux ans pourtant séparent seulement leurs créations respectives : 1953 durant l'allant joyeux de La Route fleurie, puis 1955 quand le couple s'affirme par la première naissance d'un enfant bienvenu, François…

    sommaire

  2. Durant les années précédentes, rappelons pour mémoire :
  3. après qu'en 1997, un coffret de cinq cd était un des premiers hommages comprenant les chansons inédites en cd :
MARIANNE MELODIE, BP102, F-78372 PLAISIR cedex; +33 (0)1 30810202.
par attention de Matthieu Moulin, Directeur Artistique, Chef de Projet et Président de l'Association 78 tours… et puis s'en vont,
par présence précieuse de Dany Lallemand,
par savoir-faire patient de Lionel Risler (SOFRESON) qui, ne disposant pas des matrices orignales que Pathé-EMI ne veut ni céder ni prêter, doit gommer avec précaution —sans toucher à la qualité vocale— les 78, 45 et 33 tours.

Appel du menu général (fenêtre de gauche) s'il n'est pas présent



Merci à votre visite, avec espoir de votre retour :
inscrivez-vous à notre lettre d'information
Avec D.R. aux auteurs d'extraits et de photos (v. note générale in "Accueil cf  le ©), et
le gratifiant assentiment confiant de Madame Guétary,
© 1999-2008, Louis Pieters pour l'ensemble du site,
© 2007/12/23 pour cette page sur http://www.GeorgesGuetary.net,
mise à jour : 08/01/22
Version 2.4b
Mesure d'audience ROI fréquentation par